Close
Les GAFA vont tuer le web ?

Les GAFA vont tuer le web ?

Une stratégie de conquête toujours nouvelle, toujours la même

 

Elle n’est pas si loin l’époque où nos FAI rivalisaient d’imagination pour nous imposer le passage obligé sur leur portail. Je me souviens encore de certains de mes étudiants tombant des nues : “On peut aller sur le net sans passer par la page wanadoo ou club-internet ?”. Oui je sais, ça date, mais aujourd’hui, les mêmes (enfin leurs fils ou plutôt leur petit frère) s’etonnent en apprenant qu’on peut aller voir un site sans passer par Google…

Les stratégies d’hier se répètent aujourd’hui: fournir des contenus les plus riches possibles pour conserver le plus longtemps possible les visiteurs sur ses pages et au passage laisser croire que le nombril du réseau est là.

Pour y parvenir à moindre frais la recette est simple: agréger des contenus fournis volontairement ou sous la pression (voir la bataille presse vs Google) par des sources externes et originales elles. Le risque est évidemment que ces “portails” ne phagocytent petit à petit les véritables créateurs de contenus.

Qui va s’en plaindre ? Pas l’internaute qui sur une même interface peut découvrir tous les hôtels du monde, trouver les meilleurs prix pour un appareil photo, ou s’informer en temps réel. On peut quand même se demander si Amazon, la grande surface mondiale de la consommation, n’est pas en train de tuer le petit e-commerce de proximité, si Google News ne précipite pas la chute de nos bons vieux quotidiens, si Facebook ou Twitter n’ont pas déjà remplacé le coup de fil à un ami.

 

Et c’est pas fini

Le temps de comprendre ces mutations, il est déjà trop tard, une étape nouvelle vient d’être franchie et cette fois ci c’est Facebook qui mène la danse. Après ses vidéos en autoplay en concurrence à Youtube et son format “Articles” pour tuer les blogs, en lançant son Instant Articles, Facebook tente d’étendre son hégémonie sur les contenus. Depuis mai 2015 Instant Articles permet de lire de grands médias de presse directement sur son interface avec une rapidité 10 fois supérieure à celle des sites originaux et une expérience utilisateur nettement supérieur. C’est super cool, non?

La presse sur Instant Articles

Que font les autres GAFA pendant ce temps ?

Et bien ils prennent le même chemin. Après Apple avec ses News et Snapchat son Discorver, Google et Twitter vont permettre dès cet automne aux éditeurs de publier des Intants Articles sur leurs interfaces respectives.

Google devrait afficher dans les SERPs les pages capturées et mises en cache, Twitter dans sa timeline.

Ces services sont certes réservés aux mobiles mais quand on sait que plus de 55% des connexions se font via un smartphone et que pour Facebook, on s’approche des 83%…

Smartphone VS Desktop

La prochaine étape

Pourquoi l’internaute préférerait-il attendre 20 secondes pour se connecter sur un site inadapté à son smartphone plutôt que d’utiliser l’interface ultra rapide et ergonomique de son appli “portail” habituelle ?

Nos GAFA préférés sont déjà dans cette démarche en capturant nos sites, en hébergeant ces clônes et les exploitant sur leurs propres applis. Pour cela, Facebook a développé une technologie capable de transformer HTML et CSS des sites originaux, Google et Twitter proposent déjà un outil open source pour adapter nos sites à leurs exigences. Les contenus originaux sont récupérés, malaxés, hébergés et on pourrait l’imaginer, seront bientôt arrangés, aménagés ou filtrés.

Alors, les éditeurs de sites n’auront sans doute pas d’autres choix que d’adapter leur interfaces pour rivaliser avec la puissance technologique des GAFAs, d’utiliser celles qu’on leur propose (impose), de réinventer une nouvelle manière de faire valoir leur originalité ou de rester confinés à un internet de second plan.

Ce que les anciens portails de nos vieux FAI n’ont pas réussis, les GAFA et leur emprise sur les nouveaux devices ont beaucoup d’atouts pour y parvenir, à moins qu’ils ne s’entre-déchirent avant…

 

 

 

 

 

 

 

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close