Close
Comment booster l’efficacité d’un e-mailing marketing ?

Comment booster l’efficacité d’un e-mailing marketing ?

Quelques règles simples pour développer la performance de vos campagnes e-mailings !

 

Face à l’envoi massif d’e-mails publicitaires et autres sollicitations par messagerie, beaucoup sont sceptiques quant à l’avenir de l’e-mailing marketing qui, c’est vrai, lasse de plus en plus. Mais avec presque 3 milliards de comptes mail dans le monde, peut-on vraiment miser sur la mort de l’e-mailing ? Pour ceux qui n’y croient déjà plus, sachez que 66% des consommateurs ont déjà effectué un achat en ligne suite à un email marketing (d’autres chiffres sur l’emailing en 2014 en infographie ici)… alors quand bien même ce chiffre est en baisse, vu le faible coût d’une campagne e-mailing n’aurait-on pas quand même intérêt àprendre un peu de temps pour booster l’efficacité de ses e-mailings marketing ?

Mais être efficace, ça veut dire quoi ?


A bien y réfléchir, l’efficacité d’un e-mailing est quelque chose de très subjectif. En effet, il existe de nombreux outils capables de mesurer ouverture, taux de conversions, taux de clics et autres, mais est-ce bien là l’unique paramètre à prendre en compte ?

En fait, l’efficacité d’un e-mailing dépend surtout de l’objectif que l’on se sera fixé. Par exemple, si vous envoyez un e-mailing « d’info » du type « en janvier, l’agence déménage ! », ne vous inquiétez pas du taux de clic très faible : pourquoi les gens cliqueraient sur l’URL de votre site Internet si vous ne leur avez donné aucune raison de le faire ? Cela ne voudra pas dire que votre e-mailing était un échec ou inutile, simplement qu’il n’avait pas pour vocation de provoquer une action.

En revanche, si vous avez un fort taux de désabonnement ou qu’une campagne e-mailing de ventes privées ne vous rapporte aucun business, vous pouvez commencer à vous poser des questions.

Le bon message, pour la bonne personne

 

Cela paraît évident, mais c’est pourtant la base : comme toute action marketing qui se respecte, pour gagner en performance, il faut penser pertinence. En d’autres termes, l’e-mailing doit avoir un positionnement précis et une audience ultra-ciblée !

Cela implique alors d’avoir un fichier bien qualifié, pour pouvoir le segmenter de manière très précise : plus vous ciblerez vos destinataires, meilleurs seront vos résultats ! Cette étape prend du temps, mais il est essentiel de ne pas la négliger.

Et surtout, prenez soin de revoir votre liste d’envoi à chaque e-mailing (en tout cas, chaque fois qu’il aura un objectif différent) : rien de pire pour l’image de votre marque que d’importuner des personnes avec des contenus qui ne les concerne pas et/ou ne les intéresse pas (pourquoi envoyer à Monsieur une promo sur le maquillage permanent ?).

 cible

 

Un message clair et unique

 

Etre clair, ça veut avant tout dire simple et direct : nous ne sommes pas là pour en faire des tonnes ou répéter les infos qui se trouvent sur votre site internet (les liens sont fait pour ça). Plus concrètement : vous souhaitez faire un e-mailing sur une vente privée ? Contentez-vous d’une accroche « offre exceptionnelle » (pourquoi faire compliqué ? Vous n’êtes pas obligé de vouloir être original à tout prix) suivi d’un prix barré et d’une photo de votre produit avec un lien vers le descriptif sur votre site, c’est amplement suffisant. Pourquoi alourdir votre emailing d’une description (personne n’achète directement via un emailing, l’internaute passera de toute manière par votre site internet si le produit l’intéresse) alors que le profil d’acheteur vente privée est uniquement attiré par le prix ?

Et un message unique, ça veut dire quoi ? Tout simplement ne pas multiplier les objectifs : 1 e-mailing = 1 message.

 

Un design optimisé

 

Ne vous faites pas d’illusion, quelle que soit la qualité de votre plume, vos textes ne seront pas lus. Alors pour être efficace et multiplier vos chances de faire passer votre message, contentez-vous d’en dire le moins possible et travaillez votre visuel pour le rendre attractif.

Tout d’abord, le graphisme doit refléter l’esprit de votre message et être cohérent avec votre objectif. On doit en effet pouvoir identifier d’un seul coup d’œil s’il s’agit d’une promotion, d’une nouveauté produit, ou d’une information corporate par exemple. Cela passe par le choix des couleurs, les typos, l’organisation…en fait, il s’agit des mêmes codes que n’importe quel support marketing !

Le design doit également permettre de guider l’internaute en lui offrant un sens de lecture évident, et de valoriser les informations avec un contenu aéré, bien segmenté et organisé : rien de pire qu’un e-mailing dans lequel on ne sait pas par où commencer.

Ensuite, n’oubliez pas qu’un design optimisé ne signifie pas seulement « être joli » : les visuels doivent être choisis avec soin et encore une fois, pertinents.

 

Un e-mailing réussi est un e-mailing multi supports !

 

Eh oui, adieux e-mailings préhistoriques, le responsive est devenu inévitable. Quand on sait que 45% des courriers électroniques sont ouverts sur un terminal mobile, on se rend vite compte que le travail sur le contenant est aussi important que celui sur le contenu.

Est-ce vraiment une contrainte ? Oui et non. Oui car cela impose de penser son e-mailing différemment. Non, car au final la principale contrainte est de rester le plus simple possible… de quoi faire plaisir à vos destinataires et vous forcer à optimiser votre e-mailing pour plus d’efficacité !

Pour ceux que ça intéresse, voici un petit article sur le responsive web dans l’e-mailing.

 

exemple emailing responsive
exemple emailing responsive

 

Travailler ses images…en pensant à être lisible sans !

 

77% des professionnels reçoivent leurs e-mails sans l’affichage automatique des images…et comme on peut s’en douter, 51% de ces 77% les supprime immédiatement (en même temps, quel intérêt de conserver un message vide ?).

Vous pouvez d’ailleurs retrouver dans cet article sur les « images dans l’e-mailing » un récapitulatif des messageries sur lesquelles les images s’affichent ou pas.

Mais pas de panique, l’e-mailing marketing B2C n’est pas mort : il suffit juste de respecter quelques règles pour rendre votre e-mailing lisible sans les images !

Eviter le tout-image : en plus de multiplier les chances d’arriver dans les spams, il ne s’affichera pas.

Mettez les informations principales en texte, ainsi que les boutons d’action : à défaut de tout voir, donnez à votre destinataire l’envie d’aller plus loin (et pourquoi ne pas opter pour un pré-header, tant qu’à faire ?).

Utilisez les balises Alt, pour qu’un texte s’affiche si votre image n’apparaît pas (c’est toujours mieux que rien, non ?).

exemple balise alt
exemple balise alt

 

Se démarquer pour être attractif

Comme l’a démontré l’effet VON RESTORFF il y a déjà plus de 80 ans (pour consulter notre article plus détaillé sur ce sujet c’est par ici!), l’œil et le cerveau sont constamment à l’affut d’interruptions dans les habitudes. Que ce soit des couleurs qui se démarquent, un accident graphique, des formes inhabituelles ou autres (même une photo à l’envers !), un e-mailing performant sera aussi celui qui aura su trouver l’astuce pour marquer ses lecteurs et capter leur attention !

 

Envoyer son e-mailing au bon moment

En marketing, chaque détail peut avoir son importance… y compris l’heure ou la date d’envoi de votre e-mailing ! Cela dépend de vos objectifs, mais surtout de votre cible (par exemple, on sait que les artisans du bâtiment consultent plus leur messagerie tôt le matin ou le midi que la journée, où ils sont occupés sur les chantiers).

Je ne vais pas m’attarder ici sur les meilleurs moments pour envoyer ses e-mails selon sa cible, d’autres le font très bien.

 timing emailing

 

Le marketing reste une science aléatoire…mais en appliquant ces quelques règles, vous devriez quand même pouvoir booster rapidement l’efficacité de vos campagnes e-mailing !

Close